Sélection - Page 5

Fil de navigation

Valentine Goby

Trencadis

 

"Le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction"

 

Valentine Goby

Trencadis

 

"Le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction"

 

Biographie & Bibliographie

Caroline Deyns  vit et enseigne à Besançon.

Bibliographie sélective

 3.bibliogr

  • Tour de plume, Philippe Rey, 2011
  • Perdu, le jour où nous n’avons pas dansé, Philippe Rey, 2015
  • Trencadis, Quidam, 2020

Les titres en gras sont disponibles dans le réseau des médiathèques

Trencadis

Trencadis

 Murene

Un roman biographique consacré à la vie de la plasticienne française Niki de Saint Phalle (1930-2002), entrecoupé d'entretiens fictifs, de citations, d'extraits d'archives ou de réflexions sur la condition des femmes.

 

Trencadis, c'est la mosaïque catalane, qu'elle découvre au parc Güell, à Barcelone. Des éclats de céramique et de verre ou briser le quotidien pour inventer le féerique.

 

 

 

 

 

 Présentation de Trencadis par Caroline Deyns :

 

Niki

Niki de Saint Phalle (1930-2002) est une des artistes les plus marquantes du XXe siècle. Sa double nationalité franco-américaine a multiplié les influences de l’artiste entre le néo-dadaïsme et le nouveau réalisme. Les œuvres de Niki de Saint Phalle sont marquées par une enfance difficile entachée par une relation paternelle incestueuse.

En son temps, Niki de Saint Phalle fut de toute évidence l’une des artistes les plus connue au niveau international. De nombreuses expositions lui sont régulièrement dédiées car la richesse et la complexité de son œuvre reste encore à découvrir. Elle a su exprimer sa personnalité dans les médias et faire connaître son travail dans la même période qu’Andy Warhol. Autodidacte, Niki de Saint Phalle a trouvé son inspiration dans les œuvres de Gaudi, Dubuffet et Pollock. Dès la fin des années 1950, elle a mis en place un univers personnel et singulier, original de toute tendance et mouvement, dans lequel son parcours biographique fut sublimé par l’émergence de grands thèmes et mythes qui allaient par la suite enrichir toutes les œuvres et reproductions de Niki de Saint Phalle.

Toute sa vie durant, l’artiste Niki de Saint Phalle n’a cessé de voyager entre ses deux pays, la France et les Etats-Unis, mais aussi ailleurs pour en réconcilier les courants artistiques. Connue comme l’unique artiste femme du nouveau réalisme en France avec notamment, dans les rôles masculins, César, Christo, Yves Klein… Niki de Saint Phalle était aussi une artiste américaine, dont les œuvres sont à replacer dans l’histoire des Combine Paintings Néo Dada, au côté de Robert Rauschenberg et Jasper Johns. L’artiste est également à l’origine du Pop Art et son approche en renouvelle la lecture.

Niki de Saint Phalle fut l’une des premières artistes à aborder la question raciale. La couleur noire joue d’ailleurs un rôle important dans toute sa création artistique. Elle fut la première à défendre les droits civiques notamment ceux des noirs américains, à lutter en faveur du multiculturalisme américain, à combattre pour la libéralisation de la femme du patriarcat et à utiliser l’art pour sensibiliser le grand public aux ravages du sida. Niki de Saint Phalle a laissé derrière elle une œuvre immense. Elle a fait de nombreuses donations notamment au Sprengel Museum Hannover et au musée d’art moderne et art contemporain de Nice. Elle a également œuvré en faveur de la postérité de son compagnon pour l’ouverture d’un musée Jean Tinguely à Bâle.

Son œuvre est empreinte d’un caractère joyeux et coloré et on tend quelques fois à en oublier la violence, l’engagement et la radicalité. Qu’il s’agisse de l’audace de ses performances, du contenu politique et féministe ou de l’ambition de ses réalisations.

https://www.niki-de-saint-phalle.fr/

 

Archives 

Dans nos rayons

Du côté des enfants :

Extrait

"Je montrerai tout. Mon cœur, mes émotions. Vert - rouge - jaune - bleu - violet. Haine -amour - rire - peur - tendresse.»

Niki hait l’arête, la ligne droite, la symétrie. A l’inverse, l’ondulation, la courbe, le rond ont le pouvoir de déliter la moindre de ses tensions. Délayer les amertumes, délier les pliures : un langage architectural qui parlerait la langue des berceuses. Aussi vit-elle sa visite au parc Güell comme une véritable épiphanie. Tout ici la transporte, des vagues pierrées à leur miroitement singulier. Trencadis est le mot qu’elle retient : une mosaïque d’éclats de céramique et de verre. De la vieille vaisselle cassée recyclée pour faire simple.

Si je comprends bien, se dit-elle, le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction. Concasser l’unique pour épanouir le composite. Broyer le figé pour enfanter le mouvement. Briser le quotidien pour inventer le féérique. Elle rit : ce devrait être presque un art de vie, non ?

 

Revue de presse

Porté par une écriture à vif, sensorielle, d’une richesse inouïe le livre isole les scènes fondatrices de la vie de cette femme ahurissante de résilience et les reconstitue dans toutes leurs douloureuses nuances, mordantes jusqu’au sang […] Un beau geste de sororité scellé par un texte essorant, d’une prodigieuse inventivité.

Marine Landrot Télérama

Niki de Saint Phalle dans tous ses éclats.
C’est le troisième roman de Caroline Deyns, et sans doute le plus ambitieux : il s’agit de rendre justice à un esprit libre, insaisissable et trouble par principe, lui mosaïquer une biographie totale.
Antonin Iommi-Amunategui -  Libération

Etats d’âme. Roman, biographie et documentaire à la fois, Trencadis est un ouvrage fantasque par sa forme autant que par son sujet, la prodigieuse Niki de Saint Phalle aux mille facettes.
Olivia de Lamberterie - ELLE

Caroline Deyns réussit à relever un double défi : nous offrir un roman aussi singulier que passionnant, et donner envie de découvrir ou de redécouvrir l’œuvre de Niki de Saint Phalle.

Velda Addict Culture

Un romangraphie sépulcral, magnifique et magnétique, hommage à l’émancipation des femmes et à la puissance salvatrice de l’art […] L’écriture de Caroline Deyns agit comme une machine à coudre gigantale dont le cliquetis hypnotique résonne encore longtemps après la dernière page.

Karine Baudot L'imprimerie nocturne

« Me traduire, c’est le boulot de toute ma vie » aurait pu dire Niki. Traduire ce désir d’habiter un corps qui le dépasse, une pensée qui lui échappe est la gageure tenue de Trencadis […] Toute la beauté de ce grand roman sur Nikki de Saint Phalle est de préserver la lutte pour la création, la perpétuelle invention de soi.

Marc Verlynde La Viduité

Un roman d’une grande ampleur. Si Niki de Saint Phalle y circule avec tant de constance, d’agilité et de légèreté, elle le doit à Caroline Deyns, à ses recherches savamment agencées, à son empathie qui emporte, à son écriture rythmée et soutenue et à la palette d’émotions qu’elle parvient à transmettre avec fougue.

Jacques Josse remue.net

 

Un ouvrage éclaté, kaléidoscopique, foisonnant, parfois déstabilisant. Interview.

Tamara Bongard La Liberté

 

Electrique et incantatoire sur la puissance de vie et de création d’une artiste. Caroline Deyns utilise le corps du roman pour dire toute la violence physique et spirituelle d’une existence intranquille et sauvage. Soyez rassurés : ce roman ne vous épargnera pas.

Antoine Jarry Cultures sauvages

Il est des exo-fictions qui sagement marchent côte à côte de la ligne du temps. Mais pour donner à lire enfin Niki de Saint Phalle, majesté des courbes et enfiévrée de couleurs, cela aurait été sacrilège. S’émancipant du cadre comme son sujet et optant pour un roman en tessons, Caroline Deyns se fait fakir habile entre les fluctuations d’âme et la stridence légitime de celle qui se refusait à n’être qu’une femme d’écrivain qui fait de la peinture. Trencadis, fond et forme, vibre fort à même la page.

Anne-Lise Remacle Le Vif L'Express

La langue chatoyante, incisive et rythmée de Caroline Deyns, riche d’images, d’odeurs et de sons (le plus souvent rehaussés d’onomatopées), épouse à merveille ce foisonnement exubérant et parfois contradictoire de sensations – et même d’hallucinations – submergeant l’artiste, rendant ainsi parfaitement toutes ces «couleurs qui sont en réalité des tristesses noires qui se griment en Arlequin pour s’assurer qu’on ne les reconnaisse pas : un désespoir qui se voudrait incognito».

Emmanuelle Caminade L'Or des livres

Le texte est fort, saisissant, à la fois direct et imagé. Plastique. Habité […] Caroline Deyns a conçu une œuvre d’art qui s’efface derrière son modèle pour mieux le sublimer ; et jamais elle n’en oublie d’être écrivain. Chapeau l’artiste !

Nicole Grundlinger Mots pour mots

Quel émerveillement ! Un objet éminemment littéraire et kaléidoscopique. Il y a dans Trencadis une réjouissante quête de la forme et une inventivité narrative qui en fait un texte protéiforme et sans cesse étonnant. Immense plaisir de lecture !

Kim Dragon Ombres blanches, Toulouse

Caroline Deyns réussit à rendre [Niki de Saint Phalle] puissamment vivante, humaine, faillible, résolue, courageuse, folle, talentueuse, amoureuse. On pourrait presque la toucher du bout des doigts, on la sent à l’intérieur de nous comme si nous étions soudain ses fameuses sculptures géantes, cathédrales carnavalesques, hymnes aux femmes (brisées).

Mrs Krobb Le Combat oculaire

Une mosaïque d’éclats de vie, d’éclats de rire, d’éclats de peines et de drames. Caroline Deyns transcende nos appréciations et appréhensions esthétiques pour nous plonger dans les états d’âmes de l’artiste, de celle qui choisit, plus que les autres, la création. Avec Niki de Saint Phalle comme avec Caroline Deyns, «le voir» n’est pas «le regarder», c’est quand le joli devient beau, que les émotions prennent le dessus, que vous savez que vous êtes devant du grand art.

Gilles Perrotin Le Marque-Page, Quintin

Le portrait est d’une grande  finesse […] L’auteure ne passe rien sous silence : aspects destructeurs ou fantasques de la créatrice, fulgurances, faiblesses, complexité, sensualité, volonté farouche, puissance quasi surnaturelle. Un roman biographique à la forme originale et maîtrisée, qui sert remarquablement le destin poignant d’une femme forte et fragile à la fois.

T.R. et A.M-D Les Notes bibliographiques

Biographie? Roman? Qu’importe! Vivant, déroutant, original et brillamment construit: Niki de Saint Phalle méritait au moins un hommage de ce calibre (explosif!), qui nous fait parcourir des moments de sa vie comme on descendrait un torrent et nous interroge sur l’art, la condition de femme, l’amour et la résilience (?). Absolument passionnant et fascinant !

Emilie Librairie Pantagruel, Marseille

C’est rare d’avoir la chance de lire des textes biographiques réellement littéraires, et si équilibrés entre inventivité formelle et nécessité de coller aux faits. La forme «kaléidoscope» choisie s’applique particulièrement bien à Niki de Saint Phalle, et Caroline Deyns sait à merveille faire ressentir son attachement profond à son sujet, et lui rend ici un magnifique hommage.

Jérémie Banel Librairie Lamartine, Paris 16

Dans ce roman mosaïque du plus bel éclat, Caroline Deyns réussit à dresser un portrait sincère de Niki de Saint Phalle et révèle tour à tour ses zones d’ombres, ses fulgurances, son avant-garde. A la hauteur de son personnage, elle signe un objet littéraire des plus singuliers et enthousiasmants.

Christophe Gilquin L'Atelier 1, Paris

Superbe découverte ! Une écriture à la fois musicale, incisive, ciselée. Le portrait d’une artiste aux multiples facettes, d’une femme exceptionnelle. Un grand coup de cœur littéraire tour à tour poignant, révoltant barré : une vraie pépite !

Clémentine Librairie Au chat lent, Challans



Caroline Deyns, passionnée et passionnante, dresse ici un hommage magnifique à une femme dont la production artistique multiforme a secoué la société d’après-guerre et permet ainsi de continuer à faire résonner une œuvre qui reste singulière et ô combien d’actualité.

Sans connivence
Lourd, violent, brut, comme la vie de cette femme marquée par des blessures inavouables. Et l’art, tout le temps, qui découle de la folie, de la douleur et de la vie. C’est sombre, prenant. C’est aussi une biographie romancée très réussie.

Librairie La Buissonnière, Yvetot


Caroline Deyns joue avec citations et typographie, alterne les voix et le point de vue, et crée une mosaïque qui rend à merveille ce qu’est son héroïne, une somme d’éclats, de couleurs, de formes et de creux.

Lilya Aït Menguellet Librairie Meura, Lille


Caroline Deyns restitue avec brio la personnalité torturée, explosive et terriblement attachante d’une touche-à-tout en quête d’amour et de rédemption.

Katia L'Embarcadère, Saint-Nazaire

Comme un étonnant happening littéraire porté par sa volonté de ne rien lâcher, Trencadis dessine une cartographie autant mentale que physique, à même d’exorciser toutes les douleurs pour en faire une oeuvre hybride, polymorphe, de nature à approcher la vérité d’une pure artiste, son coeur-sensible, aussi destructeur et outragé soit-il.

Olivier Hervé L'Espadon


Splendide ! Une écriture poignante, intransigeante… Une écriture coup de poing… L’art en tant que tel et comme seule façon de vivre possible. L’art et la vie, intrinsèquement, unis. Bouleversant.

Nathalie M. Librairie Page 36, Gisors


Un texte brillant, intense et nécessaire pour comprendre la soif de liberté de cette immense artiste malmenée dès l’enfance à travers les témoignages fragmentés de ceux et celles qui l’ont connue, aimée, soutenue, détestée.

Marion Royer L'Intranquille, Besançon

Quoi de mieux qu’un roman fantasque, à l’écriture vive et jaillissante pour rendre justice à l’artiste et la femme que fut Niki de Saint Phalle ? Caroline Deyns mêle extravagance et blessures intimes tout en nuance, et quel style… Une lecture époustouflante !

Marie Morel Le Comptoir des mots (sur Librest)